BLOGUE DÉTAIL

15 févr.

Aiglon Indigo

Canadensys, un outil attendu

Bulletin technique

Étiquette

 Chez Indigo, pas une semaine ne s’écoule sans que les gens, professionnels comme amateurs, ne nous interrogent sur l’indigénat des espèces. Ils veulent savoir comment déterminer si une espèce est indigène ou exotique au Québec, ou encore comment parvient-on à déterminer l’indigénat d’une espèce. Par le passé, nous avions essentiellement recours au travail des botanistes par le biais des flores ou des ouvrages de géographie floristique. Les cas les plus difficiles étaient soumis aux experts en place dans les herbiers de la province, mais nous ne disposions d’aucun outil de références portant exclusivement sur l’indigénat. Grâce au projet Canadensys, voici enfin cet outil tant attendu! Fruit d’un travail colossal, le réseau Canadensys, géré par le Centre sur la biodiversité, est un projet pancanadien visant à rendre l’information contenue dans les collections biologiques accessible à tous. Pour l’instant le réseau comprend 11 universités participantes, cinq jardins botaniques et deux musées qui hébergent collectivement plus de 13 millions de spécimens.

Voici comment profiter de ce site pour obtenir de l’information sur l’indigénat des espèces de plantes du Québec. Lorsque l’on clique sur l’hyperlien données, le site nous amène vers un outil de recherche de nom. Actuellement, seules les données de la VASCAN, la base de données des plantes vasculaires du Canada, sont disponibles. Seront ajoutées ultérieurement des données concernant les insectes et les champignons, mais en tant qu’horticulteurs, aménagistes ou autres fervents des végétaux, on ne peut que se réjouir du fait que les premières données accessibles concernent les plantes! De cette page, il est possible d’effectuer une recherche par nom latin ou français. Par exemple, si l’on inscrit "aquilegia" Canadensys nous renvoie 19 réponses possibles. Premier constat, certaines portent une mention ACC, d’autres SYN. Le premier signifie qu’il s’agit d’un nom accepté par les standards actuels de nomenclature botanique, le second, qu’il s’agit d’un synonyme. Il est recommandé d’utiliser les noms acceptés, mais certains domaines, dont l’industrie horticole, font encore largement usage des synonymes. D’autres parts, si l’on inscrit "ancolie", Canadensys nous renvoie 6 réponses possibles correspondant à 6 espèces acceptées. Par la suite, cela devient encore plus intéressant. Par un clic sur l’espèce choisie, on arrive à une page où figurent de nouveau des détails quant aux noms et aux synonymes, mais surtout une carte de répartition faisant état de l’indigénat de la plante. Dans le cas de l’ancolie du Canada, on constate d’un simple coup d’oeil qu’elle est indigène au Québec, en Ontario, au Manitoba et en Saskatchewan. D’autres statuts existent, soit introduit, éphémère, exclus, disparu, douteux ou absent. Toutes les définitions précises de ces concepts figurent ici : Légende des états de répartition. Seul bémol pour nous francophones, le NAT qui signifie indigène peut nous faire penser à "naturalisé" alors qu’il fait plutôt référence à "native" qui signifie indigène en anglais. Canadensys offre un portail web des plus performants. Ainsi, il est possible d’interroger la base de données pour une espèce à la fois, mais également de constituer des listes. Par exemple, pour obtenir la liste complète des espèces indigènes de la province, voici comment il faut procéder. Dans la section des données portant sur la VASCAN, sélectionner la fonction générateur de liste, ou cliquer ici pour y accéder directement. à partir de ce lieu, vous pouvez choisir les critères de sélection. Pour une liste des espèces indigènes du Québec, il faut cocher la case "Québec" et laisser la case de groupe à l’option "choisissez un groupe". Puis, dans le bas de la page, il faut cocher seulement le statut de répartition "indigène". Ensuite, conservez le port des plantes à "tous", puis passez à l’option "Choisissez vos critères d’affichage". Ici, pour simplifier l’utilisation, nous vous recommandons de cocher exclusivement la case "Espèce". Vous pourrez toujours étoffer plus tard au besoin. La case qui permet d’afficher les hybrides est optionnelle. Si vous la cochez vous obtiendrez 1854 résultats alors qu’il y en aura 156 de moins si vous ne la cochez pas. Pour une liste complète, décocher la case qui propose d’afficher seulement les 200 premiers résultats, puis créez votre liste. Voilà! Une liste des espèces indigènes du Québec. On peut même constater rapidement que certaines espèces ne sont présentent qu’au Québec comme la magnifique Adiantum viridimontanum.  Malheureusement, le lien qui permet d’imprimer la liste en format texte n’est pas fonctionnel pour le moment, mais nous espérons qu’il le sera sous peu. Vous pouvez déjà télécharger les données en format Darwin Core Archive, un format standard international, mais seule la version intégrale de la base est accessible dans cette version. Pour vous amuser, vous pouvez générer autant de listes que vous le souhaitez! Nous avons pour notre part fait la liste des espèces introduites au Québec, la liste des espèces disparues au Canada de même que la liste des lianes (plantes grimpantes) du Québec et de l’Ontario. Le projet Canadensys est appelé à se densifier considérablement au cours des prochaines années, notamment par l’ajout de spécimens d’herbier numérisés et de données de géo-référencement (emplacement) de provenance des spécimens. Toutefois, il s’agit déjà d’un outil des plus utiles pour tous ceux et celles qui se préoccupent de la biodiversité dans un contexte d’aménagement du territoire et de restauration écologique. Chapeau Canadensys! Et bravo à l’équipe de la VASCAN!

Brouillet, L., F. Coursol, M. Favreau, M. Anions, P. Bélisle et P. Desmet. 2010+. VASCAN, la Base de données des plantes vasculaires du Canada. http://data.canadensys.net/vascan/